VoyaGe CuRe-yeuX

Voyager : une curieuse idée ? Non, une curiosité !

Suivez nos pas sages à travers ces lignes...

Qui qu'on est ?

NoM : Camille et Julien
PayS : France

Nous remercions vivement:
Elo et Mokë (GMCrew) pour votre illustration,
Alex (www.alex-athome.net) pour ta place sur la toile,
Camille (www.yagraph.org) pour ton aide technique.
Où qu'on va ?

Voici une carte de notre itinéraire prévisionnel:



Un matin...

- Hé Ju, réveilles-toi. C'est enfin l'heure du départ.
- Hmmm... Tu m'fais l'coup tous les matins, Cam !
- Oui, mais là, c'est la bonne ! Allez, on a dit au revoir à la famille, aux copains, on a casé les meubles et la bagnole, reste plus que le sac. t'en es où ?
- Ben je crois que c'est bon: j'ai réparti la tente, on a lavé nos 3 slips, on a les maillots de bain, les gants et les bonnets. Par contre, je retrouve pas mon passeport...
- Ah non, Julien ! Tu vas pas commencer ?!
- Bon ok, c'était du mauvais humour... Et les visas ? t'as regardé la boîte aux lettres ?
- Non, on le f'ra en partant, on passe devant. Et toi, t'es sûr de vouloir prendre ta gratte ? Je te préviens, je ne te la porte pas !
- Roh, c'est pas si encombrant... Regarde, j'ai même une petite place pour les chaussons de grimpe !
Allez monte, on prend la route !
mardi 21 juillet 2009
VouS RePReNDReZ BieN uN Peu De DeSeRT !
Recapitulons :

- 8 juillet 2009: on loupe le ferry a Bakou, Azerbaidjan.
-13 juillet : apres 3 jours de campement au port, embarquement a 23h a bord du ferry tant attendu...
-14 juillet : 19h, mouillage en pleine mer au large d'Aktau, Kazakhstan. Le port est plein.



-15 juillet : 3h30, reveil par le personnel peu accueillant du ferry. La place est libre au port.
10h, entree officielle et joyeuse au kazakhstan. YOUHHOOOUUUU !!!!
12h, on fait la queue a la gare pour acheter nos billets de train pour l'Uzbekistan.
13h30, le train du jour est plein, on empoche les billets pour le lendemain.

une petite ambiance en attendant le train :
http://www.littlecountry.net/kametju/blog/KaZaKHSTaN-MySTeRe.mp3


-16 juillet : 13h50, c'est la guerre pour avoir une place dans le train.



21h30, arrivee a Beyneu, Kazakhstan. On joue des coudes pour obtenir le billet suivant. On rencontre des Uzbek travaillant au Kazakhstan et faisant ce trajet eprouvant toutes les trois semaines. Ils seront nos guides pour les 24 prochaines heures.



-17 juillet : 5h, reveil et rebelote pour monter dans le train. Mais il y a moins de monde et c'est confortable malgre la chaleur etouffante.

Adil

A chaque pause, le bazar s'invite a bord. on peut acheter tout et n'importe quoi et meme changer de l'argent:
http://www.littlecountry.net/kametju/blog/TRaiN-BaZaR.mp3

19h, arrivee a Kungrad, Uzbekistan. On negocie le taux pour changer a la banque nationale !!! Le marche au noir propose les taux les plus interessants, on aurait du changer dans le train !!! Malgre tout, vive les liasses !!!



Nuitee chez l'habitant, enfin une douche !



-18 juillet : Tentative d'excursion a la mer d'Aral, mais vu les tarifs et le manque de temps, on s'arrete a Moynaq, ancien port.La mer est aujourd'hui a 150 km de ce village !
Nuitee chez l'habitant et degustation d'un repas uzbek.
-19 juillet: 5h, premier bus, tape-cul, d'une longue serie qui nous emmene jusqu'a Khiva, a travers du desert. Visite de cette jolie ville-musee (un peu trop a notre gout), classee a l'unesco.



Le soir, nous sommes invites a un mariage par les musiciens qui jouent pour l'occasion. Ils nous regalent en boisson et mets locaux. Nous sommes sales et poussiereux, Ju refuse de se faire prendre en photo avec les maries et Cam de danser avec la danseuse pro. Peut-etre n'avions nous pas assez bu de vodka !!!

http://www.littlecountry.net/kametju/blog/MuSiQUe-MaRiaGe.mp3
-20 juillet : 11h30 - 19h30, trajet de Khiva a Bukhara. Traversee du desert de Kyrylkum. On s'installe chez Munbinjon, proprietaire d'un hotel tres bon marche (le moins сher en fait). La maison, typiquement bukhariote, a 350 ans (5 generations de sa famille) et est en cours de restauration.
notre chambre
-21 juillet : 6h, decouverte de Bukhara. Nous tombons sous le charme de cette magnifique ville.




11h, le barbier debarque chez Munbinjon pour raser les hommes et couper les cheveux de Camille. Conclusion : ne jamais faire confiance a un barbier pour faire une coupe de cheveux feminine !!!
Pour la suite du programme, 2 jours encore a Bukhara, 2 autres a Samarqand, puis a nous le Kirghizistan.
Et vous, comment ca va ?

Libellés :

Posté par Camille et Julien à 14:33   Lire les 15 commentaires
lundi 13 juillet 2009
Entre deux eaux !
Salam,
Devinez ou nous sommes ? Allez, un indice, nous n'avons pas beaucoup avance... Nous avons tout de meme change de lieu de nuitee et sommes passe d un grand et agreable appart chez Alix, a un squat au port !
Alix au naturel !!!

Et oui, revenons a mercredi derniervers 14h30 a l office du tourisme: le bateau ne part pas ce jour, mais il est la. La dame nous propose de nous prevenir par telephone, mais je (Julien) refuse de laisser le numero d Alix pour ne pas abuser de sa gentillesse. On rappellera le lendemain matin, ce aue nous faisons. Mais la, c est le drame ! Nous apprenons que ce satane ferry est parti la veille vers 20h. Coup dur et nouvelle sensation d emprisonnement pour Camille... A quand le prochain ? Pour l anecdote, a l apero en terrasse le mercredi soir, lorsqu un gros bateau quitte le port, on deconne: "Tiens, regardes, c est le ferry pour le Kazakhstan !" Et ben oui !!!

On decide donc de quitter Bakou pour 2 jours de baroude dans la cambrousse
et ca nous fait un bien fou de planter la tente loin du bruit de la ville.

On fait de belles rencontres en acceptant les invitations a boire le tchai des gens curieux de notre passage.
Aabil nous offre le premier the d une longue serie. Nous sommes decus qu'il ne nous sourit pas plus, vous auriez vu le soleil briller !!!


Extraits d ambiance dans un tchai evi le long de la route:

On decouvre l Azerbaidjan d un nouvel oeil. Depuis le debut, nous avions une mauvaise impression du pays et de ses habitants que nous trouvons souvent froid. Mais ici, ils sont tres genereux et ont le sourire etincelant, surement grace aux dents en or ! Nous en revenons ressources et remotives.

Maintenant, on attend toujours le ferry, heureusement avec des compagnons de voyage sympathiques. Pierre et Janie, un couple d'la Yaute, a velo

Un bon repas pour rassurer les mamans !

et Aylin (Turque), Freia et Gabriel (Finlandais), des hippies voyageant en bus bariole, dans lequel nous dormons au port.


Parfois, il y a des rumeurs sur des departs et des destinations. La derniere est qu'il partirait ce soir et comme a chaque fois on y croit ! On tue le temps en jouant, discutant, mangeant dans la cours ombragee d'un papy qui nous accueille et refuse tous nos gestes de remerciements.
Chez le papy...
... avec le papy.
Ambiance champetre au port

En esperant alimenter, la prochaine fois, le blog depuis l'Uzbekistan car nous sommes contraints d'ecourter notre premier passage au Kazakhstan.
Paka paka !
Posté par Camille et Julien à 10:44   Lire les 5 commentaires
mercredi 8 juillet 2009
En attendant le ferry...
Salam,

Les 26 heures de car prevues se sont transformees en 43, ce qui nous a amene jusqu’а Bakou, capitale de l’Azerbaidjan.

Le depart d Istanbul

En resume, un bus confortable avec meme la clim’ sur des routes confortables d’Istanbul а Tbilissi (capitale de la Georgie), dont voici l ambiance :


Puis un taxi pour rejoindre la frontiere denommee « red bridge » et а nouveau un bus tout pourratch sur des routes ou chemins tout pourratch (13h pour 500 km) au milieu de locaux ne parlant que leur langue.


Les passages de frontieres se sont faits sans probleme. Pour la Georgie, pas besoin de visa, il suffit d’un tampon. Pour l’Azerbaidjan, la presence de nombreux et jeunes militaires avec leurs kalachnikov au milieu de batiments delabres et d’une route en terre boueuse nous a refroidis. Sympa l’accueil sous la pluie (la 2eme depuis la France)!!! Mais au bout d’un quart d’heure de verifications de nos passeports, on nous dit « you are welcome » avec enfin un semblant de sourire ! ouf… Cette 1ere impression nous rend mal а l’aise et mefiants des gens qui nous entourent.
Nous attendons maintenant patiemment а Bakou que le ferry pour Aktau, au Kazakhstan, daigne montrer le bout de son pont. Une fois qu’il sera lа, il faudra encore attendre qu’il soit plein pour partir ! Nos journees sont maintenant rythmees par le coup de fil de 11h :

« - Strasvdouitie, izvinitie. Ya ratchou znat yesli civoudnia yeste corable v Kazakhstanie ?
- niet »

Heureusement, nous sommes heberges chez Alix, une jeune francaise venue а Bakou pour travailler sa these sur la politique en Azerbaidjan. On ne pouvait tomber mieux ! Effectivement, nous nous entendons bien et passons d’agreables moments ensemble, elle partage avec plaisir sa connaissance du pays et nous sommes comme а la maison chez elle. Ancien president, pere de l actuel. statue du president "pere", qu il a faite construire de son vivant, saluant la banque nationale...

On croise les doigts pour ne pas rester trop longtemps ici, meme si la vieille ville est jolie.
les remparts de la vieille ville, cernee par la ville moderne

Car chaque journee d’attente, est une journee de moins dans les pays suivants, ou il y a tellement de choses а voir…

Inch’hallah !
Arvipa et merci pour vos commentaires !

Libellés :

Posté par Camille et Julien à 14:25   Lire les 4 commentaires
mercredi 1 juillet 2009
On a comme une envie d'CHAMPAGNE !
Ça nous ferait plaisir que vous ouvriez une bouteille pour trinquer a notre joie de vivre et bonne humeur retrouvees ! Nous voila a İstanbul depuis samedi apres-midi, date a laquelle nous avons quitte MAJU et son capitaine avec soulagement. Suite a une discussıon delicate avec Claude (c est pas evident de dire a quelqu'un qu'on ne le supporte pas), la decision est prise d'ecourter notre voyage maritime et de nous separer a notre arrivee dans le bosphore. Nous emmenons tout de meme dans notre besace une experience tres riche en sensations et en apprentissage, notamment de la vie pratique en bateau. Voici differentes techniques tres "mer a mer", a utiliser en fonction du vent ! Nous tenons a preciser, pour les personnes prudes, que ce ne sont que des simulatıons !

Vent arriere, bien se tenir...


...remontee au vent, sans les mains...


...grosse mer, sans les dents !

C'est un reel plaisir de reprendre le sac-a-dos qui nous parait meme leger. Nous sommes installes juste derriere la mosquee Ste-Sophie, dans une guesthouse a Sultanahmet, quartier historique ou se trouvent les monuments les plus reputes.

Le vieil Istanbul depuıs l'entree du Bosphore

Sainte-Sophie
La mosquee bleue

tradition et modernite

Nous partageons notre temps entre demarches administratives et flaneries, visite de consulats et de mosquees, decouverte de la bureaucratie et des contrastes turcs. Ils sont visibles a travers la laïcite et l'omnipresence de l'Islam (les jeunes filles en tenue legere et les femmes voilees), la forte presence de la tradition dans une societe qui se modernise vite, le melange de la culture occıdentale et orientale.
Nous nous baladons a travers la ville, buvons des çay en quete de la bonne decision, savourons la cuisine turque et ses patisseries, elargissons notre vocabulaire et de peaufinons notre accent.

Voici d'ailleurs un jeu. D'apres les mots suivants, retrouvez la phonetique des lettres proposees:
Caz, kuaför, şarküteri, randevu, pansiyon, çaç, duş, şampiyon,

C= , Ş= ,Ö= ,U= ,Ü= , Ç=, İ=,

On vous fait cadeau du I sans point qui se prononce "eu" et du Ğ qu'on ne sait toujours pas prononcer !

Nous attendons vos reponses apres cet intermede pictural...



Notre vie est regulee par le rythme des appels a la priere ( 5 par jour de 4h30 a 23h) veritables symphonies de muezzins, dues au grand nombre de mosquees. Notre sommes fascines par ces melodies variees qui se repondent.

Ecoutez un extrait d'une partie de backgammon sur fond de combat de muezzin:
http://www.littlecountry.net/kametju/blog/CoMBaTDeMueZZiN.MP3
C'est la loi du plus pres qui l'emporte !

Enfin, encore une chose assez troublante: Atatürk, le reformateur de la Turquie au debut du XX sıecle, instaurateur de la republique laïque et de l'alphabet latin dans la langue turque, personnage pour lequel est entretenu un veritable culte de la personnalite, comme dans toute dictature ! İl y a ici une sorte de contradiction qui nous etonne, C'est une republique, maıs chaque bureau ou magasin se doit d'avoir son portrait...Force est de reconnaitre que cet homme a enormement oeuvre pour sa patrie et son peuple.

Atatürk



İstanbul nous permet de faire une bonne transition entre le bateau et le voyage comme nous l'imaginions.
Message auditif a titre informatif, allumez vos enceintes !

Libellés :

Posté par Camille et Julien à 09:11   Lire les 12 commentaires