VoyaGe CuRe-yeuX

Voyager : une curieuse idée ? Non, une curiosité !

Suivez nos pas sages à travers ces lignes...

Qui qu'on est ?

NoM : Camille et Julien
PayS : France

Nous remercions vivement:
Elo et Mokë (GMCrew) pour votre illustration,
Alex (www.alex-athome.net) pour ta place sur la toile,
Camille (www.yagraph.org) pour ton aide technique.
Où qu'on va ?

Voici une carte de notre itinéraire prévisionnel:



Un matin...

- Hé Ju, réveilles-toi. C'est enfin l'heure du départ.
- Hmmm... Tu m'fais l'coup tous les matins, Cam !
- Oui, mais là, c'est la bonne ! Allez, on a dit au revoir à la famille, aux copains, on a casé les meubles et la bagnole, reste plus que le sac. t'en es où ?
- Ben je crois que c'est bon: j'ai réparti la tente, on a lavé nos 3 slips, on a les maillots de bain, les gants et les bonnets. Par contre, je retrouve pas mon passeport...
- Ah non, Julien ! Tu vas pas commencer ?!
- Bon ok, c'était du mauvais humour... Et les visas ? t'as regardé la boîte aux lettres ?
- Non, on le f'ra en partant, on passe devant. Et toi, t'es sûr de vouloir prendre ta gratte ? Je te préviens, je ne te la porte pas !
- Roh, c'est pas si encombrant... Regarde, j'ai même une petite place pour les chaussons de grimpe !
Allez monte, on prend la route !
vendredi 29 janvier 2010
L'HiSToiRe Du PeTiT Qu'a FaiT au ReVeiL !
Et pour se mettre en condition, une petite page de pub :
www.littlecountry.net/kametju/blog/NaTuRaLCoFFee.mp3

Voici le boniment que nous aurions voulu scander en quittant Arjun, Sarita et leurs 2 fils Bije et Birat. Nous avons ressenti un reel bonheur de vivre avec cette famille nepalaise. On s'st marre, on s'est fendu la poire, on a ri a gorges deployees, on s'en est paye une bonne tranche, quoi hein !

www.littlecountry.net/kametju/blog/CoFFeeRiReS.mp3

Moment de partage avec une soiree crepe...

... contre une soiree "ciel roti", beignets prepares aux grandes occasions religieuses. Conmme celle de la venue de saints ?

www.littlecountry.net/kametju/blog/CoFFeeCHaNSoNSaRiTa1.mp3
www.littlecountry.net/kametju/blog/CoFFeeCHaNSoNSaRiTa2.mp3

Mais a la difference de la ferme Hasera, eux produisent du cafe, naturel et bio. Et nous participons pleinement a leur travail quotidien. D'ailleurs, ils sont actuellement debordes. Sarita nous confie, apres quelques jours, que nous sommes des dieux envoyes pour les aider en cette periode difficile. Et ici, les dieux ne sont pas menages... pour notre plus grand plaisir !


Calme face au Machhapuchhre et a l'Annapurna 2

Tout d'abord Arjun.



Il est occupe pour 10 jours a la foire exposition de Lekhnath 2010, a quelques kilometres, ou ils ont un stand. Nous l'accompagnons un samedi, jour de repos hebdomadaire au Nepal. Il y a foule.



Une scene a ete installee, ou se produisent des danseurs, des chanteurs amateurs, mais surtout des artistes de renommee nationale, venus faire leur promotion.


www.littlecountry.net/kametju/blog/LeKHNaTHFoiRe1.mp3
www.littlecountry.net/kametju/blog/LeKHNaTHFoiRe2.mp3
www.littlecountry.net/kametju/blog/LeKHNaTHFoiRe3.mp3

Un homme au visage ferme traine autour du stand. Bije nous explique qu'il est venu, un jour, visiter leur exploitation familiale. Etant aise, il cree, quelques semaines plus tard, sa marque, presque du meme nom et avec sensiblement la meme presentation, leur volant leur savoir-faire et leurs idees, pour lesquels il leur a fallu plusieurs annees de reflexion et de travail de mise en place. Ils apprennent ainsi a se proteger et a se battre. Ils enregistrent pour la premiere fois, aupres de la chambre de commerce, une nouvelle marque, "Machhapuchhre Flying Bird Natural Coffee".



Ils nouent des relations avec des restaurateurs de Lakeside, quartier touristique de Pokhara. Ils creent un partenariat avec une cooperative de commerce equitable qui revend leur cafe en echange de sacoches en coton dans lesquelles ils mettent leurs paquets pour un packaging dfferent et plus sympa.

Leurs efforts sont recompenses lors de la foire expo 2009, par le prix du meilleur cafe. Ils en sont tres fiers et il y a de quoi !!! Puis, ca cloue le bec de leur concurrent malhonnete !

Le Nepal a la culture du the et les gens en boivent enormement. Y vendre du cafe est un defi. Il faut eduquer, expliquer les differences avec les produits solubles tres repandus, faire gouter, changer les habitudes. De plus, c'est une denree chere, un luxe pour une partie de la population.

Bije,...



... lui, a 18 ans. C'est une tres bon etudiant, diplome de ses 2 annees de college de sciences - entendez fac de siences - et qui suit maintenant la premiere annee de college de management. Il a, bien sur, la ferme intention de reprendre les rennes de l'entreprise paternelle, dans laquelle il est deja tres investi. Il demande tous les jours l'autorisation a ses professeurs de partir plus tot et court seconder son pere au festival. Il parle bien anglais et est notre traducteur.

Birat,...



... son jeune frere, a 16 ans. Il est tres discret, voire efface. Futur professeur des ecoles gouvernementales, il est en stage dans une primary school - prononcez "iskoul" ! C'est une periode tres importante pour lui car c'est la premiere fois qu'il enseigne.

Enfin Sarita,...



... la mere, est la personne avec laquelle nous passons la majorite du temps. Malgre ses difficultes avec l'anglais, nous echangeons beaucoup et une reelle complicite nait entre Camille et elle.

En tant que femme du foyer, elle s'occupe de la vaisselle, de la lessive et souvent de la cuisine, bien que les hommes soient tres presents derriere les casseroles.

Nous debarquons comme des fleurs alors qu'ils viennent de faire un gros pari: ils ont mis leur propriete a la banque - hypotheque ? - afin de faire un emprunt de 500000 roupies - 5000 euros. C'est une somme enorme, avec laquelle ils construisent 3 nouvelles chambres pour augmenter leur capacite d'accueil, recevoir plus de visites, donc engendrer plus de revenus, mais faire aussi, peut-etre, des connections a l'etranger pour de l'export. C'est ambitieux de leur part et ils vont meme jusqu'a abattre leurs deux plus gros cafeyers pour faire de la place !

Un Terrassement de plus de trois metre de haut, ca fait du changement !!!

Donc actuellement, Sarita surveille aussi les ouvriers pas toujours tres assidus et tient les comptes des materiaux qu'ils utilisent. Chaque sou est important.
Il nous faudra, pendant 2 jours et demi, reapprovisionner en pierre, nepali "istyle" !





Sarita nous remercie pour nos efforts, entre autre, avec un peu de miel frais de leurs ruches.



Mais n'oublions pas le principal: la production de cafe.



Ils ont des commandes a honorer et comme le dit la pub : "le processus est long".

Tout commence par l'eclosion de fleurs blanches qui donnent naissance a des baies en grappes encerclant la branche.



Elles deviennent rouges a tour de role - que la nature est bien faite ! - permettant ainsi d'echelonner la recolte de Septembre - Octobre a Mars. Le geste est delicat: prendre le fruit sans casser la petite tige qui la lie a l'arbre, au risque de ne pas voir la fleur pousser l'annee suivante. La baie est legerement sucree. Avec nos mains peu expertes, il nous faut 3h pour recolter 6kg de baies, soit 162 nrs a 27 nrs/kg.



Ils ne peuvent cultiver suffisamment eux-memes et collectent donc les baies de cafe d'un millier de recoltants des alentours. Ils sont les seuls a faire la transformation et sont ainsi acteurs de la vie locale et incitent par la meme a la culture biologique.


La pesee, qui determine la paie des recoltants, puis minutieusement notee sur un grand cahier.

Une machine a manivelle permet d'enlever la pulpe, la chair rouge, et cela necessite 2 passages. Le premier est un exercice de force, le second de rapidite. Le grain, tout nu, commence a ressembler a celui que l'on connait.



Vient ensuite la fermentation qui prend plusieurs jours. Puis il faut laver tout ca, pas moins de 6 fois, avant de les mettre a secher sur le toit pendant 15 jours si le soleil est bon. A partir de la, ils peuvent les conserver une annee durant.



Reste a enlever un enrobage, une pellicule blanche qui recouvre le grain. Pour cela, ils utilisent un drole d'instrument un peu medieval: le diki. On leve la poutre d'une pression du pied et elle retombe lourdement, concassant ce qui se trouve dessous. Le principe est simple, brutal et engendre pas mal de perte. Cette etape serait a ameliorer.

On peut aussi y faire de la farine, comme ici de riz.

S'ensuit un tri. Les meilleurs grains sont gardes pour la vente, les pas-tres-beaux pour la consommation familiale et les autres jetes. S'ils sont dans un endroit sec, ils sont utilisables 2-3 mois.



Arrive le moment du travail decisif: la torrefaction.



Le faire a la main demande de la force, de la patience, de la resistance a la chaleur et le sens de l'observation. La marmitte est chaude sur le feu de bois. A partir de l'instant ou l'on verse les grains dedans, il faut touiller, touiller et touiller. Cela pendant 25 a 35 minutes selon le resultat esompte: light, medium ou dark. Pour avoir essaye, je peux vous dire qu'il y a un serieux coup de main a prendre et la possiblite d'un serieux tour de rein... car lorsque l'on commence, c'est pour la journee !


www.littlecountry.net/kametju/blog/CoFFeeRoaSTiNG.mp3

La derniere etape consiste a moudre, seule tache realisee a l'aide d'un appareil electrique.
Puis la mise en paquet.



Ce dur labeur est accompli par toute la famille, a chaque temps libre ou jour de repos. L'investissement est total. Lors de la mise en paquet, il reste 1 a 1,5 kg de nos 6kg cueillis...

Ne reste plus qu'a le boire: apres de gros efforts, un petit reconfort !



La separation, apres une semaine chez eux, nous pese un peu sur le coeur, mais aussi dans le sac. Nous ne pouvions partir sans un dernier soutien... de 2,5 kg de cafe !!!

Libellés :

Posté par Camille et Julien à 16:29   Lire les 3 commentaires
N'eST PaS LaiD eT SouRiaNT
En intro, un peu de musique live ecoute lors d'un concert a Patan:
www.littlecountry.net/kametju/blog/CoNCeRTFLuTe.mp3

Nous avons commence notre programme de remise en forme a Kathmandu, en attendant notre visa indien. Nous avons elu domicile dans une chambre avec balcon dans un quartier sympa et anime, a Freakstreet dans la vieille ville. En une semaine, on a le temps de prendre quelques habitudes de sendentaires en allant acheter nos legumes aux Didi -grandes soeurs- assises dans la rue, en cuisinant de bons petits plats a la maison ou en invitant des copains a manger chez nous. On apprecie cette vie de quartier ou l'on cotoye des locaux comme des voyageurs tels que Romain et Nico que l'on retrouve, Antoine un jeune photographe ou encore Celine et Mathias. Ces derniers, suisses francophones, sont partis il y a 2 ans 1/2 a pied avec deux anes qui sont malheureusement restes bloques a la frontiere indienne. Nous avons ensemble teste la tartiflette au vrai reblochon de savoie et la fondue au fromage de vache nepalais, sur le rechaud !

Est-ce la fondue, le vin blanc ou l'humour suisse qui nous fait marrer ?

Lors d'une viree dans les rues commercantes de Thamel, nous tombons sur deux magasins vestimentaires a l'enseigne "fairtrade". On s'empresse de demander des renseignements et le responsable commercial nous propose de jeter un coup d'oeil a sa manufacture situee a KTM. Au cours de l'entretien avec son frere, responsable de la production, nous tombons des nues quand il nous demande de lui expliquer ce qu'est le commerce equitable ! Il n'y connait rien, en a vaguement entendu parler ! Son entreprise n'est affiliee a aucune organisation ni regroupement et n'est pas labellisee. Pourtant, tout ce qu'il nous montre et nous explique auparavant vehicule les valeurs de cette alternative :

-transparence lorsqu'il nous explique en detail -et plusieurs fois car Ju est un peu long a la detente !- la maniere de payer les employes,

Fiche de paie d'un tailleur.

-bonnes conditions de travail (ateliers spacieux, lumineux...),

Atelier de couture. Les tailleurs, tous des hommes, sont payes a la piece.

-prise en compte de l'employe (flexibilite d'emploi du temps en fonction des celebrations religieuses...)

-ou encore, et entre autre, facilites en cas de maladie.

Son leitmotiv est "if the workers are happy, they will produce good products and it's good for everybody".

Les patrons.

Certains designs sont crees par le designer de l'entreprise, les autres sont "inspires" des autres magasins ou proposes par des etrangers.

Decoupes des pieces des tissus.

Nous allons egalement visiter ACP, Association for Craft Producers, une organisation de commerce equitable labellisee. Elle emploie 100 personnes au siege social a KTM et regroupe pres de 1200 artisans a travers le pays. Leur production est vendue tres majoritairement a l'etranger dans le cadre de partenariats avec des associations qui relayent le commerce equitable, comme Artisans du Monde en France. Cette derniere, pour laquelle je m'occupais du volet educatif a Gap, promeut et vend des produits issus de ce type de commerce. Gabish, le responsable des exportations, nous explique le fonctionnement d'ACP et nous guide dans la manufacture. C'est plus qu'interessant de voir sur place, de l'autre cote du monde, comment cela s'organise et de confirmer le bon fondement de mes interventions a ce sujet !

Les artisanats sont tres varies :
impressions au tampon sur tissus, peinture sur bois, tricot, ...



... textile coton, feutre, ...


... ou encore mobilier en bois, objets de decoration en ceramique ou en metal...
Antoine, nous te remercions tres chaleureusement, et meme plus, pour ces photos ! www.antoine-photos.com

La principale difference avec la premiere entreprise visitee est la mise en place de projets sociaux et educatifs pour le developpement de la communaute.
Prochaine etape, aller visiter les producteurs vers Pokhara et Tansen pour voir comment ca se passe sur le terrain, loin des discours du siege d'ACP!

Cote tourisme, nous nous rendons a Pashupatinath, un des centres hindouistes les plus sacres du pays, construit le long de la riviere Bagmati. Outre le tres grand temple dedie a Shiva, dont l'acces est interdit au non-hindous, les nepalais viennent y bruler leurs morts, permettant aux cendres du defunt de rejoindre les eaux sacrees du Gange dans lesquelles le cours d'eau va se jeter. Nous assistons au ceremonial pendant lequel les pieds et les mains du corps sont laves et sa bouche remplie d'eau, celle de la Bagmati, d'une salete inimaginable... Pendant ce temps, le bucher est installe et les proches essayent de ranimer la veuve qui a perdu connaissance depuis 5 minutes. Enfin, la cremation a lieu. C'est le fils aine qui a la charge de tout ce rituel et dans le cas du deces de la mere, c'est le cadet qui s'en occupe.

L'odeur est entetante, entre buchers et ordures.

Le lieu est impressionnant et l'atmosphere lourde mais egayee par une bande de singes qui prend possession de l'espace, grimpant, sautant, plongeant dans cette eau qui n'invite pas a la baignade...



Notre visite est ecourtee par un gardien militaire venant verifier nos billets d'entree que nous n'avons pas !

Le temps pour nous est venu de partir a la decouverte du reste du pays. En route pour Hasera, une ferme educative, pour locaux et etrangers, pratiquant la permaculture, situee a 45 km a l'est de KTM.

Jour de celebration speciale. Les bus sont plein d'une foule qui rentre dans leur famille.

La ferme HASERA, HAryo pour vert comme les legumes, SEto pour blanc comme le lait et RAto pour rouge comme la viande -la famille est vegetarienne !-.

Race de chevre-cocker... Ridicule et tellement attachante !

Nous y passons 5 jours durant lesquels nous n'apprenons pas grand chose sur cette methode particuliere d'agriculture biologique... Par contre, nous y trouvons ce dont nous avions besoin pour nous requinquer et nous redonner de l'energie pour la suite du voyage : nous vivons avec et au rythme de la famille, la mere Mithu, la niece Rashi et les deux fils jumeaux Sandra et Rudra. Nous n'avons malheureusement pas de photo de Govinda, le pere, initiateur de la ferme, formateur de formateurs en permaculture au Nepal, tres present dans les associations nationales.




Montse et Fina, espagnole et allemande, nous accompagnent durant ce sejour.

L'endroit est plutot calme quand il n'y a pas de bus au klaxon fou sur la route juste en-dessous. Nous passons d'excellents moments a preparer les repas, rigoler, chanter, ...
...echanger sur nos differentes cultures ...
... assister, et parfois participer passivement, a leurs rituels religieux hindouistes bramhanes.





Nous sommes dans un mois un peu special qui voit la lecture chaque soir d'un, ou plusieurs, chapitre d'un livre sacre. Tout le monde lit a tour de role, enfants comme parents, parfois a une vitesse incroyable. A l'ecole, les eleves ont lance un concours dont le gagnant est celui qui a lu le livre le plus de fois dans le mois !

Mithu nous a raconte l'histoire du soir d'une voix douce.

L'ambiance, due aux 10h de coupure de courant quotidienne, est feutree.
Selon le lecteur, on y comprend plus ou moins de choses !

Nous partons le jour d'une autre celebration, celle du dieu des etudiants, Saraswoti. Une priere est organisee a l'ecole gouvernementale de Rashi. Ca prend 15 minutes et ca donne un jour ferie ou les enfants iront depose leurs cahiers d'ecole sur l'autel familial pour leur apporter bonne reussite ! Les deux garcons sont dans une ecole privee ou les cours sont en anglais et le rituel plus long.

Nous nous melons avec discretion au groupe d'eleves !
Le dieu a pris des offrandes plein la g... !

Nous avons recu, nous aussi, la tika -point rouge sur le front symbolisant le troisieme oeil, celui de l'eveil- et un collier de fleurs.

Nous les quittons les jambes et le coeur legers avec, dans notre baluchon, tous les voeux de bonne chance de Mithu grace a une autre tika et un autre collier de fleurs...

Apres une soiree fort interessante et une nuit courte a KTM chez Christophe, Sandra et Hugo, famille francaise expatriee, nous prenons la direction de Begnas Tal -lac Begnas en nepali- 15 km avant Pokhara.

Il nous faut chercher un peu pour y arriver, mais ce petit coin paisible, conseille par une amie -mille mercis Aurelie!!!- sera le lieu du moment inoubliable du Nepal.

Libellés :

Posté par Camille et Julien à 15:23   Lire les 2 commentaires